MC Jaume

26 avril 2017

Kif Kif Bourricot ?

Non, ils ne sont pas "Kif Kif Bourricot".
Le Pen est ancrée dans un référentiel profondément réactionnaire, visible chaque jour malgré ses efforts de communication. Elle a une vision étriquée, défaitiste du monde dans lequel on vit, et laisser croire aux français qu'il pourront acheter pour 499 Euros (pardon, 3273.22 F ) des téléviseurs 4K fabriqués en France par des travailleurs français payés au smic à 1800 Euros (pardon, 11807.22 F ), c'est criminel.
Macron revendique une dynamique positive, celle d'une "sortie par le haut" en s'efforçant de donner des chances au plus grand nombre (parce que c'est "bon pour le business", oui, et alors ?).
Même si on peut discuter de la pertinence de certaines de ses positions (je ne partage pas son enthousiasme pour les traités de libre-échange pas bien foutus, par exemple), il n'empêche qu'on ne peut pas le réduire à une marionnette de la finance internationale.
Voter Emmanuel Macron, c'est aussi garder l'espoir de jours meilleurs, même quand on aurait aimé qu'un monde plus apaisé et bienveillant nous attende.
C'est pour ça que j'ai rejoint "En Marche!", voté Macron au premier tour, et que je recommencerai la semaine prochaine.

Posté par MCJaume à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


18 avril 2017

Escrot !

Est-ce un mot valise, formé de "Escroc" et de "Crotte" - nous sommes à Ville d'Avray (rue de la Ronce), nous avons de la tenue, nous n'écririons pas de grossièretés sur l'affiche de François Fillon.

N'est-ce pas ?

20170418_204615escrotGrande

Posté par MCJaume à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2017

J-6

Sans commentaire...

French Elections: Last Week Tonight with John Oliver (HBO)

Posté par MCJaume à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2017

Le centenaire Rodin me laisse de marbre

Par contre, je suis tombé en extase devant le "Monument à la ville détruite" de Zadkine.

zadkine monument ville detruite

Je ne suis pas venu pour rien...

Posté par MCJaume à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2017

Comme une poussière dans l'oeil

Pour les Impromptus Littéraires :

Comme une poussière dans l'oeil...

Ce sont des chansons qu'on a perdu d'oreille, et qui ressurgissent comme ça, par hasard, le hasard de la programmation d'une radio, d'une fenêtre ouverte, ou d'un réseau social.

Ce sont des chansons qu'on a aimées, qui ont pu accompagner nos rêves, qui parlent d'aventure, d'une sorte d'absolu et d'autres rêves.

De grands espaces, des océans, des accords de guitare, un banjo parfois, ou à l'occasion un violon solitaire mélancolique comme une lande irlandaise.

Il y a de l'anglais, de l'occitan, du français, de l'italien aussi ?

Elles parlent de tout, de rien, d'une fille du nord, des tours de Saint Malo, le rythme des essuie-glace sous la pluie du sud, de cet amant qui préféra être pendu que de trahir l'honneur de celle qu'il aimait, et encore des tours de Saint Malo où l'on ne cesse de revenir, même si l'on trouve la montagne plus belle encore.

Elle surgissent du passé, où l'on croyait les avoir oubliées, intactes, on les fredonne sans louper un temps et dans leurs valises, toutes ces émotions qui nous submergent, ce passé que l'on revoit, la vue troublée comme par une poussière dans l'oeil.

Bande son : Hugues Aufray "A quoi ça sert de chercher à comprendre" (live officiel) - Archive INA

Posté par MCJaume à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 mars 2017

En Marche !

Une injonction bien banale pour quelqu'un qui se pose en pratiquant de l'ultra-endurance. Mais ce qui suit n'a aucun rapport, on s'en doutera à la mise en page qui rappelle une certaine charte graphique, celle d'un mouvement qui s'intalle dans la campagne pour l'élection présidentielle.

2007, 2012, 2017 : c'est la troisième élection présidentielle que vit ce blog, né en 2005. On y trouvera les traces du soutien à Ségolène Royal, à François Hollande. Alors, Macron 2017 ?

Ouais.

L'enthousiasme n'est pas nécessairement trépidant, je me demande depuis quelques années que l'on parle du quidam si c'est du lard ou du cochon, mais voilà, quelqu'un qui se met à la colle avec sa prof de français quand il a les moyens d'une bombasse d'europe de l'est ne peut être foncièrement mauvais;

Alors, va pour Macron 2017.

La raison objective, je l'emprunte à une tribune récente de Patrick Braouzec (Le Monde du 8 mars) , qui n'est pas vraiment de la même culture politique que l'ancien banquier d'affaires : "C’est donc un choix raisonné faisant « l’analyse concrète d’une situation concrète ». Ce soutien est sans illusion, mais porteur de perspectives. Emmanuel Macron est aussi, avec Benoît Hamon, le seul à prendre résolument la dimension des mutations du monde contemporain, et notamment celles du monde du travail."

Posté par MCJaume à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2017

A bout de souffle (édition 2017)

Pour les Impromptus Littéraires, la reprise d'un thème d'avril 2006 (Traité ici

A bout de souffle.

Je vais crever, là, c'est sûr. Pas moyen qu'il en soit autrement. Pas moyen, non.
Ouais.

Crever, putain...

Pourtant, je me suis préparé.

Entraîné.

Depuis si longtemps que je ne m'en souviens plus, je me suis entraîné.

Au début, je ne comprenais pas bien pourquoi, on m'avait donné quelques explication, parce que.

Donc, je l'ai suivi, le programme.

Le B-A ba, les fondamentaux, les éducatifs, tous ces exercices pour développer toutes ces compétences.

J'ai obéi, tout travaillé, même quand je n'en voyais pas trop l'intérêt, même quand je n'aimais pas ça, quand ça ne me plaisait pas.

Bien entendu, il y a eu des passages à vide, des pertes de motivation, un peu de désinvolture parfois, et même des bouts de rébellion.

Mais in fine, j'ai toujours fait le job, et j'ai progressé, de catégorie en niveau, année après année, trophée après trophée.

En une fois professionnel, je ne me suis pas endormi sur mes lauriers, je n'ai rien lâché, à l'écoute des innovations, des évolutions, comme il était de bon ton de le faire selon les conseils des coachs que j'ai écoutés. J'ai entretenu ma motivation, renouvelé mes objectifs.

Et j'ai communiqué, développé mon relationnel, soigné mon image.

Et oui, ça m'a plutôt réussi.

J'ai enchaîné les bons résultats, surmonté les difficultés et transformé les rares échecs en opportunités, comme il faut.

Mais petit à petit, cette lutte permanente à commencer à me peser.

L'énergie à manquer.

L'envie.

Bientôt, l'air même, au point de la dyspnée, brisé par la pente douce qui mène à la station de tramway.

Vidé.

Vidé de mon énergie, vide de sens et de sens, vide d'envies.

J'ai fait ce qu'on me disait de faire, où on me disait de le faire. Tout ça pour cette carrière vaine de bon élève, jusqu'au bout, jour après jour devant ces ordinateurs de réunion en réunion à survivre malheureux en attendant la mort, à bout de souffle.

Posté par MCJaume à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2017

Amis du bricolage et de la sobriété énergétique

La dernière vidéo en date de Barnabé Chaillot (je recommande le parcours, voire la lecture, de son blog L'énergie Autrement) :

Ep16: Plan poele dragon multicombustible sans soudure / wood or pellets rocket stove drowing

Posté par MCJaume à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 février 2017

Elle regardait les flammes

Toute ressemblance avec des personnages existants est totalement fantasmée.

Pour les impromptus littéraires.

Elle regardait les flammes, parce qu'il n'y avait pas grand chose d'autre à faire.

Le petit feu, modeste, crépitait dans le poêle, qui heureusement était pourvu d'une porte vitrée, sans quoi il n'y aurait rien eu du tout à regarder.

Enfin, lui, il regardait à travers la fenêtre couverte de givre la tempête de neige qui se déchaînait à l'extérieur.

Elle se maudissait. Jamais elle n'aurait du accepter cette idée idiote de sauter sur cette occasion unique que présentait ce chalet d'alpage en vente pour une poignée de crozets. Il avait défendu le dossier, arguant que son rêve de gosse à lui, c'était un vrai chalet d'alpage, là ou les autres mâles appartenant à la même catégorie socioprofessionnelle dite "supérieure" dilapidaient des sommes comparables en aspirateurs à gonzesses de chez Porsche ou BMW, une fois la cinquantaine établie : une bonne affaire en somme.

L'argument avait porté, et elle lui avait accordé ce caprice. Elle avait même admis, à l'issue de leur premier séjour, avoir aimé le calme de ce hameau pas si isolé que ça finalement. Le bruit apaisant du torrent, le décor sans cesse changeant, vert vif, gai même, des pâtures et les reflets bleutés des glaces chantées par Samivel, deux mille mètres plus haut. Les vaches et les chevaux dans les hautes herbes, les coups de sifflet des marmottes et la silhouette des bouquetins là-haut sur les crêtes.

Le début octobre, même, était tolérable. La neige loin encore au-dessus, les couleurs de l'automne guérissaient l'hystérie de la rentrée, même si le froid se faisait bien vif dès les derniers rayons de soleil disparus derrière les Aravis.

En guise de cadeau de Noël, elle l'avait laissé revenir tout seul avant les fêtes, et il en était revenu des étoiles dans les yeux, fredonnant le Paradis Blanc et elle avait admis sa curiosité. Va pour un séjour en plein hiver, donc.

Quelle erreur.

D'abord, il y avait eu les cinq kilomètres de route forestière enneigée à parcourir à ski. Lui, ça l'avait amusé, les deux voyages attelé à un traîneau de soixante kilos, quinze degrés sous zéro pour finir à la lumière de sa lampe frontale.

Ensuite, il y avait le silence. Elle appréciait le silence après le harcèlement sonore constant de son quotidien, mais là, même le torrent s'était tu, muselé par le gel. A en rêver de la bise, qui, pour vous couper en deux, occupait l'espace de son sifflement dans la toiture.

Il ne restait donc que le feu, qui craquait dans le poêle sur lequel fondait une marmite de neige, lire à la lumière des leds alimentées par la petite éolienne, et regarder les flammes.

Posté par MCJaume à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2017

La Belle et la Bête (Crossover)

Joliment fait, et ça tombe bien pour me faire oublier "La la land" pour lequel j'ai gaspillé une soirée ciné...

Posté par MCJaume à 09:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :